Playlist d'Infernum
Partagez | 
 

 → LA MAGIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
SALEM
notitia


avatar

Messages : 90

En savoir plus
MessageSujet: → LA MAGIE   Lun 29 Jan - 22:40

Les bases de la magie


cliquez si vous souhaitez vous rendre à un point précis.




Ils sont tous des êtres humains, mais leur différence de pratiques les a menés vers une évolution magique.

On appelle sorciers ceux qui peuvent utiliser des sortilèges.
On appelle éveillés les communs qui ont un sixième sens.
Les dotés sont ceux qui possèdent des capacités magiques (sorciers et éveillés)
Les informés sont ceux connaissent l'existence de la magie.
Les lambdas ceux qui en ignorent son existence.

Comme les différences génétiques sont magiques, elles ne peuvent pas être dépistées par la science des lambdas.
En revanche, la Triade a des outils capables de détecter la magie.

On dénombre trois races de sorciers : Les Théologiens, les Thusiens et les Païens

> Innée ou acquise ?


La magie existe en toute chose.

Seuls les sorciers ont la capacité d'utiliser leur foi pour manier la magie sous forme de sortilèges.

Un éveillé ne manie pas directement la magie : il possède un sixième sens.

Si la faculté d'utiliser la magie est innée, celle de l'exploiter reste une décision personnelle. La magie n'est pas à prendre à la légère et une fois qu'on débute, sa pratique peut vite rendre dépendant.

Il arrive que des dotés se refusent à utiliser la magie ou qu'ils aient perdu foi en elle.


Bons ou Maléfiques ?


Théologiens, thusiens ou païens ? Existe-t-il une race plus mauvaise qu'une autre ? Pas du tout. L'individu et ses décisions feront la différence.




La foi et la pratique magique


Il ne suffit pas de croire en l'existence de la magie pour pouvoir l'utiliser : il faut avoir foi en elle.

La foi est d'ordre spirituel et touche à ce qui est enfoui au coeur de l'âme.

Pour mieux cultiver sa magie, chaque race de sorciers a développé des croyances auxquelles elle doit être dévouée si elle veut garder sa foi.

Difficile d'expliquer avec des mots, mais voici un exemple concret :

Un théologien doit vouer un profond respect à l'équilibre s'il veut conserver sa foi magique. C'est obligatoire car ses croyances, et donc la base même de sa magie, touchent à l'équilibre. Un théologien qui ne croit pas en l'harmonie verra donc sa foi disparaître.
En revanche, on peut être dans l'excès tout en étant persuadé que ce qu'on fait sert à l'équilibre des choses. Ce n'est donc pas le résultat qui compte, mais bien le fait de croire en l'essence de sa magie.  


Développer sa foi magique n'est pas donné à tous.

Les communs ont gardé la foi, mais ils ont oublié la magie : cela a eu un impact au fil du temps et de l'évolution. De rares humains sont nés avec la faculté d'avoir une foi magique (les éveillés). Incapables d'user de sortilèges, ils utilisent, à l'instar, leur sixième sens.

Pour cultiver leur foi, les éveillés, quant à eux, doivent activement croire en leur nature et accepter leur capacité.

Si un doté n'a plus foi en sa magie, tous ses pouvoirs diminueront petit à petit jusqu'à disparaître. (un thusien reprendra un vieillissement normal, un païen ne pourra plus se transformer en loup etc...)

Regagner sa foi n'est pas évident.

Un doté qui n'exprime pas ses pouvoirs ressentira un manque en lui.

Puiser dans sa magie est un travail qui demande de l’énergie.  Quelqu'un qui usera trop souvent de ses pouvoirs  (exemple, se transformer plusieurs fois en loup dans la journée) s'affaiblira et risquera de tourner de l'oeil en cas d'excès.

Lancer un sortilège puissant requiert plus de magie en soi : la pratique d'un rituel est l'unique moyen d'emmagasiner plus de magie.

Les dotés lambdas ont moins de chance de développer leur foi. (difficile de croire en sa magie si on ne connaît pas sa nature.)



Le sixième sens


Ne concerne que les communs. Touche aléatoirement. Le sixième sens, contrairement à la magie des sorciers, n'est pas "maniable" au travers de sortilèges. Il est rattaché à l'espace-temps et reste un mystère. Ses manifestations sont difficiles à contrôler et peuvent survenir à n'importe quel moment.

Il faut une longue habitude pour réussir à maîtriser un peu son sixième sens.

Les éveillés peuvent perdre petit à petit le sens de la réalité, ce qui est légitime quand on vit des épisodes aussi étranges. Contrairement à la magie originelle, le sixième sens ne provoque pas des effets secondaires directement liés à la magie. Il s'agirait plutôt d'un trouble mental provoqué par des pertes de repère.

Elle puise également dans une foi magique. Aussi, si un éveillé n'a plus foi en son sixième sens, ce dernier s'en ira progressivement.




> Magie neutre


La magie neutre est commune à chaque race.  Elle est utilisée lors de la plupart des entraînements et dans la vie courante des sorciers. La majorité des sorciers n'utilisent d'ailleurs que la magie neutre tout au long de leur vie.

Un doté qui n'utilise pas sa magie sentira un manque en lui. La magie permet de combler ce vide. Aussi, même si la magie neutre n'agit pas comme une drogue dure, elle rassérène les dotés. (qui ne se sentirait pas mieux lorsque ce vide en soi s'en va enfin ?)



La Magie Originelle


> Chaque doté naît avec un pouvoir unique en rapport avec sa race. Il s'agit de la magie originelle.
Utiliser son pouvoir originel confère un sentiment de bien être qui rend addictif.
Plus en l'utilise, moins on arrive à s'en détacher.
Trop l'utiliser provoque forcément des conséquences.
Les effets secondaires sont plus ou moins intenses selon la puissance du sortilège.

La complexité de la magie originelle réside dans sa rationalisation.

La magie neutre ne pourra qu'apaiser l'addiction mais ne la supprimera jamais totalement.

Plus l'on pratique la magie originelle, plus il est difficile de s'arrêter.
Le danger est donc dans son excès.



Les effets nocifs


L'application de la magie originelle doit être espacée dans le temps. (ou ne pas se faire du tout)
Si elle est utilisée trop souvent, la santé mentale du sorcier va petit à petit décliner.
Faire de la magie originelle est un travail presque expiatoire : cela agit sur le cerveau à la manière de n'importe quelle drogue dure (alcool, heroïne etc..)
Plus le sortilège est puissant et pratiqué, plus les effets secondaires seront dévastateurs. De même : les sortilèges se cumulent : plus on en fait, plus cela s'ajoute.

Seul le temps guérit les blessuress : Arrêter de pratiquer est l'unique moyen de recouvrer toute sa santé mentale.

Utiliser sa magie neutre n'aura pas d'impact.

Les effets secondaires liés à un excès de magie originelle sont très variés. Voici une liste non exhaustive de ceux qui peuvent survenir :

une perte de sommeil, d’appétit, des tremblements, des pensées malsaines, un sentiment de persécution et de paranoïa, une perte d'identité, des troubles de la pensée et du langage, des hallucinations, de l'anxiété, de l'apathie et un état dépressif, un grand sentiment d'euphorie, une impression de puissance intellectuelle et sexuelle, une envie de sociabiliser et de toucher physiquement les autres, de l'hyperactivité, de l'empathie et une incapacité à trouver le sommeil.

A long terme, le sorcier aura des séquelles mentales irréversibles.
On peut également retrouver des séquelles physiques directement liées à celles mentales (difficulté à parler, à marcher, etc.)





Le Totem


Le totem est un objet magique qui adsorbe la magie d'un sorcier.
Il reste un mystère. On ne sait pas pourquoi il agit de la sorte, ni comment.

On peut être chanceux et trouver son totem, ou ne jamais mettre le main dessus.
Le totem est toujours un objet de petite taille, transportable sans mal.
Il peut s'agir de n'importe quel objet qui aura de la valeur pour son sorcier : un bracelet, un chapelet, l'écharpe de sa tante décédée (son téléphone portable ?)
Il est unique à chacun et permet de canaliser le surplus de magie.
Le sorcier déverse sa magie dans son totem et celui-ci l'adsorbe. Si l'équilibre mental du sorcier fut momentanément perdu, le totem peut être moyen de relâcher la pression (un peu comme un fumeur avec sa cigarette.)
Si le totem est cassé, il garde sa fonction (c'est sa matière qui importe) ; même un petit morceau du totem continuera d'agir.
C'est pourquoi les sorciers apprennent généralement à ranger leur totem dans un endroit sécurisé et n'en emportent qu'un morceau avec eux. (en pendentif, bague, etc.)
Si un sorcier perd son totem, il n'en trouvera jamais plus un autre.



Physique et mental


La magie fait partie intrinsèque de la nature d'un doté.

Un doté qui n'a pas de foi magique, reste un doté malgré tout.

Physiquement, rien ne permet de différencier un sorcier d'un commun.

La magie coule dans le sang de ceux qui l'utilisent.
La foi est le moyen de faire appel à cette magie.
L’énergie est dépensée pour produire la magie.


Une magie qui ne s'exprime pas, c'est un doté qui sentira un manque.
Certains dotés n'emploient pas la magie : cela peut être un choix délibéré ou non. Une absence de foi, une haine envers sa nature, ou d'autres jugeant la magie trop dangereuse pour leurs enfants.... De ce fait, ils garderont ce sentiment de "manque" constant.
Un doté lambda qui n'a pas cultivé sa foi magique ressentira lui aussi ce vide en lui. S'il grandit parmi les lambdas, ce vide ne le rendra pas forcément différent. (ressentir un manque ne rend pas forcément différent.)



Puissance et expérience


Outre le fait que pour fournir beaucoup de magie un sorcier doit passer par un rituel, l’expérience d'un doté est mesurée en fonction de son savoir : plus l'on pratique, plus le pouvoir offre des résultats concluants (comme un joueur qui devient meilleur en s'entraînant.)

En suivant cette logique, les enfants n'ont donc pas beaucoup de puissance et ne peuvent pas faire des choses signifiantes.

Les éveillés pratiquent sans le savoir. Plus leur sixième sens se manifeste, plus l'expérience se gagne.

Il y a toujours un revers à la médaille :

Qui dit utiliser souvent son pouvoir originel dit perte progressive de sa santé mentale.
Qui dit être plus expérimenté, dit également plus âgé : la magie demandant de l’énergie, plus on prend de l'âge, moins on est capable de fournir de l’énergie. (quelqu'un de 90 ans n'est pas aussi vivace qu'un jeunot de 20 ans)

Les thusiens se démarquent par des pratiques plus poussées car ils peuvent vivre plus longtemps. Ils sont souvent dans le collimateur de la Triade et on ne compte plus les cinglés.

La magie puise dans l’énergie de son porteur : cela fatigue généralement les éveillés qui n'ont pas un grand contrôle sur leur pouvoir.

Ne plus avoir foi en sa magie a donc, parfois, des relents de bénédiction.

Chaque race est spécialisée dans un domaine. De ce fait, les pouvoirs originels/le sixième sens sont liés à leur spécialité respective.

Ne pas oublier que la puissance d'un pouvoir est mêlée à l'expérience de l'individu, mais aussi à l’énergie qu'il a en soi et à la stabilité de sa foi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SALEM
notitia


avatar

Messages : 90

En savoir plus
MessageSujet: Re: → LA MAGIE   Mar 30 Jan - 0:18

Les rites

(lecture facultative)


Pour désigner sa croyance, on dira qu'on pratique, par exemple, la magie des thusiens, ou qu'on est thusien. Mais la croyance magique n'aura pas d’appellation, et ceci dans un but précis.

Les sorciers ne parleront jamais de religions.

On peut croire en dieu et être un thusien, on peut être agnostique et appliquer les traditions de sa race magique.

La croyance magique ne touche qu'à la foi magique. La foi religieuse, elle, concerne la liberté individuelle.

Les rites doivent donc se voir comme une philosophie de vie.

De moins en moins de gens pratiquent les rituels. Emmagasiner de la magie est risqué, et nul n'a envie d'être effacé par la Triade au moindre dérapage. De même que, à l'ère du développement et de la consommation, les traditions sont de moins en moins pratiquées.

La foi magique touche à la croyance de sa magie. Elle n'a rien à voir avec les rites.
Une personne très à cheval sur les rites ne sera pas forcément sincère.
A contrario, une personne qui ne fait plus aucun rite peut tout de même nourrir une foi profonde.

Cependant : il est vrai que les rites, s'ils sont appliqués par des sorciers dévoués, peuvent aider à renforcer la foi magique.

Les rites sont donc faits par ceux qui appliquent encore les traditions de leur race magique.

L'art de la prière


Contrairement aux prières religieuses, celles magiques demandent un grand effort.

A la base, la fonction de ces prières, des litanies apprises par coeur, est d' accompagner des rituels. Il faut suivre un apprentissage assidu pour réussir à réciter des prières : l'apprentissage dure entre 2 et 5 ans.

En effet pour qu'un rituel fonctionne, on peut prier à haute voix, murmurer ou juste former les mots avec ses lèvres : mais la bouche doit obligatoirement réciter les prières.
> Tout l'art du sorcier consiste à réciter ses prières en même temps à l'oral et dans sa tête. Ce serait un peu comme parler à deux endroits à la fois.
On doit également comprendre le sens de ce qu'on récite, et ne pas les énoncer de manière mécanique.
C'est la raison pour laquelle l'apprentissage dure aussi longtemps alors que les prières se comptent pourtant sur les doigts d'une main.

En dehors des rituels, rien n'empêche un sorcier de réciter des prières sans appliquer cette méthode. (dans un besoin de se donner du courage ou d'honorer ses croyances par exemple )

Tous les nés sorciers ne récitent pas forcément des prières. Parce que leur mode de vie les a éloignés de leurs traditions, que leurs parents ne les connaissent plus, etc.

On peut apprendre les prières à tout âge, même si apprendre durant l'enfance est plus facile (cela s'apparente à l'apprentissage d'une langue)

On apprend auprès d'un sorcier qui sait comment réciter des prières. Certains sorciers seront plus doués pour les enseigner. (selon leur expérience, leur méthode d'apprentissage...).

Les rituels


Les rituels diffèrent d'une croyance à l'autre, mais ils possèdent des caractéristiques communes.

On distingue les rituels hiératiques et ceux culturels.

Rituels hiératiques


Les rituels hiératiques sont utilisés pour emmagasiner plus de magie en soi.

Ils sont toujours au nombre de trois : Un rituel faible, un rituel moyen et un rituel fort.

Le nombre n'est significatif que lors de rituels qui sollicitent d'être fait en groupe. Autrement, l'on peut être 50 à faire le même rituel, la magie n'est emmagasinée que dans chaque corps respectif.

Plus le rituel est fort, plus la quantité de magie créée est grande (et donc, plus la pratique est risquée)

Ils sont très éprouvants à réaliser et demandent beaucoup d’énergie - mieux vaut-il donc être en forme. Leurs effets secondaires peuvent être : la perte de connaissance ou l'état de catharsis. (par catharsis, on entend une crise émotionnelle qui donnerait presque l'impression que le sujet est possédé : pleurs, hystérie, épilepsie, etc.)

Il faut savoir comment faire des prières magiques et les réciter en continu.

Se tromper d'un mot, d'un geste, balbutier (un besoin d'aller au petit coin ?), une pluie qui s'arrête, une bougie qui s'éteint, et il faut tout recommencer.

On sait que le rituel prend fin quand on sent la magie entrer en soi. Sa durée est longue, mais variable : en général, entre deux et six heures. Cela dépendra de l’habileté du sorcier à faire appel à sa foi, de son énergie : forme physique et mentale...etc

A la fin d'un rituel, le sorcier est particulièrement lessivé et cherchera à se reposer.

Si le rituel est accompli il est difficile de gérer le surplus de magie qu'on a emmagasiné. Les totems aident pour un temps, mais ils ne pourront jamais débarrasser tout ce trop-plein de magie.

On peut aisément perdre le contrôle et utiliser ses pouvoirs accidentellement.

Lorsque le rituel est un succès, il est donc conseillé d'utiliser sa magie le plus rapidement possible.

Pour créer de puissants sortilèges, faire appel à des rituels est indispensable.


Les rituels culturels, eux, accompagnent des coutumes particulières. Il faut les voir comme des habitudes de vie: ils n'ont pas pour but d'emmagasiner de la magie, mais d'honorer les traditions liées à sa race magique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
→ LA MAGIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort
» [skin]Magie sur ma skin de chat
» Magie du Rat Cornu.
» Magie Waaagh.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Infernum :: ∫ À la frontière ∫ :: Au Commencement :: L'univers en bref-
Sauter vers: